Ce que j’aurais voulu savoir en commençant l’escalade

Par Sabrina Thayer-Head, 27 juillet 2020

C’est inévitable: quand on y pense, après plusieurs années d’expérience en escalade, il y a certainement un conseil ou deux que l’on aurait aimé recevoir au tout début. Que ce soit pour s’éviter une blessure, pour performer plus rapidement ou pour briser une barrière physique ou mentale que l’on croyait tant indestructible, voici les meilleurs conseils de certains membres de l’équipe du Bloc Shop.

L’approche générale

Évitez d’accorder trop d’importance aux cotes! C’est le conseil le plus répété par l’équipe. Les cotes sont subjectives et il faut toujours garder en tête qu’un paquet de facteurs (parfois hors de notre contrôle) peuvent affecter le fait de réussir ou non une cote précise. Ariane Sisavath, athlète de la Team Pro, dit : « C’est juste un indicateur. Ça ne te définit pas comme personne, la cote que tu arrives à grimper ou pas. » 

Brossez les prises. Pour soi et pour les autres! C’est ce que conseille Véronique Gosselin, aussi athlète de la Team Pro. En plus, c’est la meilleure façon d’éviter de glisser de manière inattendue sur les volumes ou sur les prises.

Ayez du plaisir! C’est un aspect que l’on peut oublier, quand on se concentre trop sur la performance, mais après tout, c’est la raison pourquoi on pratique ce sport. C’est ce que Zoey Bouchard, membre du staff, vous conseille le plus.

Ne soyez pas gêné de grimper devant les autres. C’est ce que Mich, un des partenaires, vous conseillerait. « J’ai l’impression que ce qui arrête les gens c’est un peu la peur, ou la gêne. Pis ce que j’aimerais leur dire [c’est que] les gens ne te regardent pas. Pis surtout, ils ne te jugent pas. »

L’aspect technique

Essayez les blocs plus durs. On le voit souvent : un grimpeur de V5, par exemple, qui n’ose absolument pas tester une V7, car c’est trop dur pour lui. Selon Seb Lazure, c’est en essayant des blocs plus durs que l’on peut apprendre des nouveaux mouvements et ça aide à progresser.

Pratiquez vos points faibles. C’est tentant de s’accrocher à son style préféré et de ne faire que ce dans quoi nous sommes les meilleurs. Maude-Émilie vous propose de prendre le temps de pratiquer vos points faibles, même si ça implique de réussir moins de blocs pendant une séance. C’est aussi le conseil de notre coach Mélissa Lacasse, qui dit qu’à long terme, ça fait des meilleurs grimpeurs.

N’hésitez pas à poser des questions. L’équipe du Bloc Shop est composée à 100% de passionnés(e)s d’escalade. N’hésitez pas à leur poser des questions, pour mieux comprendre un bloc ou pour vous expliquer quelque chose. Vous pouvez aussi vous tourner vers d’autres grimpeurs ou les observer grimper, pour mieux saisir la gestuelle. Un grimpeur curieux apprendra toujours plus rapidement!

Grimpez beaucoup! C’est ce que vous conseillerait Nathan Smith, membre de l’équipe Pro. Quand on commence l’escalade, c’est important de se bâtir une bonne base. Voyez-le comme une pyramide. Plus vous réussissez de blocs avant de passer à un autre niveau, plus vous allez arriver au niveau supérieur avec une bonne base de connaissances et d’expériences. D’ailleurs, n’hésitez pas à refaire des blocs déjà réussis auparavant. Vous pourrez toujours le grimper mieux et plus efficacement. À long terme, vous en ressortirez gagnants.

L’aspect mental

Ne vous mettez pas de limites. Je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps, je pensais que certains blocs étaient inatteignables pour moi. Aujourd’hui, je peux les réussir du premier essai et ce sont des blocs plus difficiles qui semblent inatteignables. Ce que j’ai appris après quelques années d’entrainements c’est qu’avec de la persévérance et du travail discipliné, tout le monde peut progresser. Si vous faites confiance en votre cheminement et que vous valorisez le processus d’apprentissage, vous progresserez plus rapidement, tout en ayant plus de plaisir!

Ne comparez pas votre progression. Chaque parcours est différent et ce n’est pas tout le monde qui progresse de la même façon. Un exemple fréquent est celui de la morphologie. Une personne plus grande pourrait réussir un bloc qu’une petite personne plus expérimentée ne réussit pas, et vice versa. Évitez de vous comparer aux autres, c’est ce que vous conseille Anne-Fred.

Prévention des blessures

Apprenez à gérer votre ego. « Je me suis blessé plusieurs fois, dans mon inexpérience, en me fâchant et en refaisant trop de fois le même mouvement ou le même exercice », dit Antoine. C’est aussi ce que conseille Maude-Émilie : « Ne pas se fâcher quand ça ne marche pas ». Trop de fois on laisse notre orgueil ou notre émotion prendre le dessus. Parfois on est capable de faire un mouvement et le lendemain, on ne peut plus. Votre corps est peut-être fatigué et ça ne vaut pas la peine de se blesser.

Échauffez-vous! C’est aussi un conseil qui revient souvent au sein de l’équipe. Une recette qui fonctionne bien, c’est de s’activer au sol pendant 15 minutes et s’échauffer en faisant quelques exercices généraux (pull ups, push ups, squats et biceps curls). Puis, grimpez graduellement des blocs, en prenant soin d’échauffer toutes les parties du corps. Avant d’embarquer dans un bloc avec des très petites prises, prenez le temps d’activer et d’échauffer vos doigts. 

En cas de douleur, allez voir un spécialiste. Rares sont les grimpeurs qui n’ont jamais eu de douleurs ou de « petits bobos ». Avec la pratique régulière d’un sport, c’est normal d’être un peu courbaturé ou d’avoir de faibles irritations lors d’un mouvement répétitif. L’erreur fréquemment commise est d’ignorer les signes flagrants de blessures. Au lieu d’attendre et d’espérer que ça passe, allez voir un spécialiste, trouvez la source du problème et prenez le temps de le régler. « Ne brise pas ton corps, ça ne vaut pas la peine », vous dirait Victor. Nos thérapeutes Julien Descheneaux et Alex Trudeau seraient d’accord avec ça! Mais si ça arrive, n’hésitez pas à les contacter pour vous faire réparer!