Destination Bouldering : Ticino

Par Mathieu Elie, 24 janvier 2018

Lorsque vient le temps de choisir une destination voyage pour l’escalade de bloc, les options sont assez diverses. Avant de choisir, on doit souvent se questionner sur le type de voyage qui nous tente. Si vous ne voulez pas trop être dépaysé tout en grimpant un grand volume de bloc, vous opterez probablement pour les classiques nord-américains: Squamish, Hueco Tanks, Bishop, HP40. Vous désirez une quantité de blocs impressionnants à distance de marche ainsi qu’une nouvelle expérience culturelle, peut-être irez-vous à Rocklands ou à Fontainebleau? On en revient souvent aux mêmes endroits, et vos amis grimpeurs les ont probablement aussi visités. Je désirais donc vous proposer une destination bloc un peu moins connu, mais tout aussi incroyable et variée: le canton de Ticino en Suisse.

Les Européens le savent tous. Ce n’est plus un secret, du moins pour eux. La Suisse abrite certains des blocs les plus majestueux que j’ai pu voir ou grimper. Par contre, la logistique du voyage sera un peu plus compliquée. Si vous désirez faire un voyage d’escalade de bloc, découvrir une culture variée et accueillante, et rencontrer certains des grimpeurs les plus forts (et motivés!) sur la planète, Ticino vous fera voir de tous les couleurs. Les voyages d’escalade sont souvent bien plus qu’une expérience de grimpe et le canton de Ticino n’y fait pas exception.

Ce canton en particulier se trouve aux limites sud de la Suisse, à la frontière de l’Italie. D’ailleurs, il s’agit du seul canton au pays ou la langue officielle est l’Italien. Bien qu’il existe de nombreux endroits pour faire du bloc à Ticino, nous nous en tiendrons à trois secteurs en particulier, ceux ayant une concentration de blocs plus importante. Ces trois secteurs sont assez près les uns des autres, il vous faudra entre 20 minutes et 1 heure de voiture pour voyager entre eux.

Les trois endroits qui nous intéressent sont grimpables en automne, en hiver et au printemps. Je ne vous conseillerais pas d’y grimper en été, puisque le type de roche ne se prête pas très bien aux températures plus élevées. Vous obtiendrez les meilleures conditions en hiver puisque la majorité de temps, il n’y a pas assez de neige pour recouvrir les blocs. Il est d’ailleurs possible d’acheter les livres-guides de Cresciano et Chironico ici: http://www.ticinoboulder.ch

Cresciano

Beaucoup de grimpeurs connaissaient le nom Cresciano puisque c’est à cet endroit que vous retrouverez certains problèmes mythiques comme Dreamtime (V15) et The Story of Two Worlds (V15). Mais le secteur a bien plus à vous offrir: une vue spectaculaire ainsi que plus de 1400 blocs de toutes les cotations et styles. Bien que l’escalade y soit variée, vous trouverez beaucoup de blocs à doigts pour mettre votre force de crimps à l’épreuve.

Le type de roche est le gneiss, assez similaire au granite laurentien, comportant des prises plutôt sharps et piquantes. Si vous désirez économiser votre peau, vous devrez grimper de façon calculée.

Des trois secteurs qui nous intéressent, Cresciano est celui qui se trouve à la plus basse altitude, c’est donc là que vous aurez les meilleures chances de grimper durant l’hiver si la neige est de la partie. Vous pourrez atteindre tous les blocs en marchant. Les 22 secteurs s’enchaînent sur un flanc de montagne et vous prendrez environ 30 minutes pour traverser tous les secteurs à pieds.

Peu importe votre niveau, quelques blocs sont des musts:

Il Partner 7C/V9

Jungle Book 8A/V11

Never Ending Story 6C/V5

Dream Time 8C/V15

Harry Spotter 7A/V6

Chironico

Chironico est assez similaire à Cresciano, mais se trouve à une plus haute altitude. De plus, en raison de son emplacement, vous verrez beaucoup moins de soleil dans ce secteur. Vous grimperez encore du gneiss. Chez les locaux, la plupart semblent préférer Chironico à Cresciano. Vous y trouverez encore une grande variété de problèmes de toutes les cotations: plus de 1500 blocs distribués dans les 27 secteurs.

Si les blocs emblématiques de Chironico sont un peu moins connus, ils ne sont pas moins majestueux pour autant. Encore une fois, certaines lignes sont absolument à grimper, ou du moins à voir:

Big Paw 8B+/V14

Conquistadors 8A+/V12

Freak Brothers 8A/V11

Confession of a Crap Artist 7C/V9

Lemon Tree 6C/V5

Brione

Pour moi, Brione fut un coup de coeur, probablement le plus bel endroit où j’ai eu la chance de grimper. Le petit village se trouve un peu plus loin que Cresciano et Chironico, dans une vallée adjacente, mais le petit périple pour s’y rendre en vaut le coup. En montant dans la vallée, vous traverserez un petit village suisse parsemé de maison en pierre. Et pour vous rendre aux blocs, vous marcherez aussi à travers ces maisons pour vous rendre dans une grande prairie au sommet d’un flanc de montagne. La quantité de blocs est moindre, mais la qualité est à couper le souffle.

Vous grimperez encore sur du gneiss, mais cette fois beaucoup plus compacte. Il s’agit donc d’un genre de granite ultra fin qui poncera votre peau petit à petit. C’est très doux en comparaison avec les autres secteurs. La qualité et la variété des blocs et des prises sont à faire rêver. En fait, avant d’y mettre les pieds, ce que je m’imaginais comme endroit de bloc parfait ressemblait beaucoup à Brione. Certains blocs sont en forêt, d’autres au bord d’une rivière d’un turquoise parfaitement translucide. Vous devrez vous déplacer en voiture pour atteindre certains secteurs, mais leur visite en vaut fièrement l’effort.

Voici quelques-uns des blocs les plus jolis de Brione:

Special Edition 8A/V11

Molonk 7C/V9

General Disarray 8B/V13

Bach Block 7C/V9

Brione Arete 6B/V4

Black Mirror 6B+/V4-5

Endroit pour dormir et transport

Les options pour dormir sont assez limitées. Il est interdit de faire du camping sur place, mais vous pourrez probablement vous en sortir en dormant dans votre voiture (même si je ne vous le conseille pas). Autrement, le meilleur choix semble de louer un petit appartement à Bellinzona, la ville au centre des trois destinations qui nous concerne. Vous pourrez trouver quelque chose à environ 500 francs par semaine. À trois ou quatre, ça vaut la peine! Sinon, vous pourrez trouver des campings, mais le coût en soi n’est pas très avantageux.

En ce qui concerne le transport, vous devrez louer une voiture si vous désirez grimper aux différents endroits. Il est possible de voyager et train et en bus, mais cela devient assez long et contraignant. Si la majorité des blocs les plus connus sont assez difficiles, il y a beaucoup d’option entre V0 et V6 d’une qualité exceptionnelle. Au final, votre voyage en Suisse ne sera pas le plus économique certes, mais la culture, la qualité de l’escalade et les paysages grandioses valent à eux seuls le surplus à débourser.