BSO 2019: Retour sur un weekend enflammé!

Par Alexi Hachey-Brunet, 2 octobre 2019

Ce 21 et 22 septembre dernier, le Bloc Shop Chabanel accueillait la troisième édition du Bloc Shop Open, compétition locale qui attire désormais la crème des athlètes de bloc sur la scène internationale. Mais qu’est-ce qui fait de cet événement l’un des plus attendus en Amérique du Nord pour l’escalade de bloc?

LA PRÉPARATION

Bien entendu, un événement d’une telle envergure ne s’organise pas du jour au lendemain. Pour cette troisième édition, toute l’équipe de Bloc Shop était mobilisée depuis plusieurs mois pour assurer que celle-ci soit une réussite. Qu’il s’agisse des ententes avec les commanditaires jusqu’à la création d’une bière « custom » pour l’événement, accueillir une compétition de la sorte n’est pas mince affaire.

L’un des aspects fondamentaux de la préparation est celui du routesetting. Créer des blocs qui sauront mettre au défi les athlètes et qui donneront un bon show pour les spectateurs est au cœur de la réussite de l’événement. Cette année, notre équipe de routesetting était accompagnée par l’ouvreur français Romain Cabessut et Manuel Wiegel, venu d’Allemagne. Ils ont travaillé avec des nouveaux arrivages de prises Blue Pills et le génie des volumes Dimension pour créer des mouvements inventifs qui allaient faire le spectacle du BSO. Les ouvreurs sont toujours excités à l’idée d’ouvrir pour le BSO: « Tu peux créer une suite de mouvements à ta limite, et c’est rare pour un ouvreur d’avoir cette opportunité-là! ». La difficulté est en effet de créer des blocs assez complexes pour que les compétiteurs ne réussissent pas tous, mais que ces blocs offrent un défi assez grand pour donner un bon show. Pour Romain, l’idée est d’ouvrir une variété de styles différents : « On connaît les athlètes. Après, il est impossible de tout prévoir. Je dirais que c’est un mélange entre un 70% qui est calculé et un 30% qu’on laisse à la chance ».

Photo par Nic Charron

Samedi 

Et c’est parti! L’événement ouvre en force le samedi matin avec la ronde de qualifications pour la catégorie Pro. Ici, les athlètes doivent compléter le plus de blocs en format « scramble » pour accéder aux semis-finales. Celles-ci ne sont réservées que pour le top 20 des deux catégories. Red Bull était présent pour distribuer des boissons durant la journée et Scarpa avait son présentoir pour faire essayer différents modèles de chaussons aux compétiteurs et aux spectateurs. C’est également ce jour-là que fut dévoilée la pale ale BSO de la microbrasserie artisanale Camp de base, qui a brassé une bière spéciale avec nous pour l’occasion. 

Les semis-finales étaient ouvertes aux spectateurs, et elles ont livré tout un show alors que les athlètes luttaient pour l’une des six places en finale dans leur catégorie respective. On a eu notamment droit à toute une performance de Yoshiyuki Ogata, qui a réussi à compléter les 4 blocs de la ronde en seulement 5 essais en tout!

Photo par Nic Charron

La journée de samedi ne pouvait pas se terminer autrement qu’avec le traditionnel Open Case, une compétition 1 vs 1 de break où les participants s’affrontent pour devenir « King or Queen of the Hill » et remporter jusqu’à 800$. C’est finalement Madtrack du groupe Funky Steps à Sherbrooke qui a remporté les honneurs après plusieurs duels qui ont impressionné la galerie.

Dimanche

La journée de dimanche était le point culminant du BSO, avec la compétition Citizen et la ronde de finales en soirée. Dès 9h le matin, 200 participants se lançaient sur les 50 nouveaux blocs qui avaient été créés spécialement pour la compétition alors que 200 autres allaient s’y mesurer en après-midi. Le but de la ronde est simple : grimper le plus de blocs valant de 1 point à 50 points sur une période de trois heures. Il est donc nécessaire de gérer son effort pour pouvoir se mesurer aux blocs à sa limite.

Deux des blocs de la ronde Citizen se trouvaient sur le mur extérieur de la compagnie On Site, leader montréalais de l’industrie des murs d’escalade. The North Face proposait son concours photo booth qui permettait de remporter l’un des deux mythiques manteaux Nuptse. Instagram a également été inondé par le concours de Scarpa qui promettait une paire de souliers d’escalade au gagnant. Dimension Volumes a diverti la galerie avec son concours “sans les mains” en offrant l’édition spéciale “crew neck”. Il va sans dire que les grimpeurs faisaient la file…

La table était mise pour la finale. On attendait beaucoup de monde. Vraiment beaucoup…

Photo par Nic Charron

Les billets pour la ronde de finales s’étaient effectivement envolés en quelques minutes après leur mise en vente sur le site web. Dr Step était de retour à l’animation pour une troisième année consécutive alors que Funky Falz occupait à nouveau le poste de DJ durant les finales. L’énergie de la foule était déjà palpable avant même que les premiers athlètes se lancent sur les blocs. Je laisse donc ici le recap de la ronde de finales parler pour lui-même…

Mais au-delà de l’escalade seule, qui fut spectaculaire, quel est l’aspect qui a le plus marqué lors de cette édition du BSO? Kaito Watanabe l’a présenté ainsi : « Cette compétition n’est juste pas comme les autres, c’était tellement le fun! L’énergie de la foule et l’animation de Dr Step, on ne trouve pas ça ailleurs! ». Petra Klinger a réitéré sur l’ambiance de la compé : « La foule est tellement dedans, on voit que ce sont des gens qui aiment l’escalade. Habituellement, c’est rare que la foule réagit autant à chacun des mouvements. Ici, la foule est à tes pieds et elle te donne le goût de donner un show! ». Lorsque je lui ai demandé ce qu’on pourrait possiblement améliorer dans les années à venir, elle s’est empressée de me répondre : « Ne changez pas trop s’il-vous-plaît! ».

On va essayer Petra 😊

Donc, on s’y voit l’année prochaine?



Photos par Nic Charron