Catégories
Non classifié(e)

Comment Ă©viter le surentraĂźnement?

Est-ce qu’il vous arrive de vous entraĂźner intensĂ©ment sur une longue pĂ©riode de temps ou de pratiquer sans cesse votre escalade, mais de ne pas en ressentir les gains? Vous allez grimper, puis il semble que vous ĂȘtes moins en forme que d’habitude, que vous ĂȘtes encore plus loin de vos objectifs. Vous en tirez la conclusion que vous devriez sĂ»rement travailler plus fort. Si vous vous reconnaissez dans ce genre de scĂ©nario, vous ĂȘtes probablement dĂ©jĂ  tombĂ©-e-s dans le piĂšge du surentraĂźnement, comme beaucoup d’entre nous. La bonne nouvelle est que nous pouvons l’éviter!

Le cercle vicieux du surentraĂźnement, c’est lorsque l’on suppose que notre manque de force en escalade vient d’un manque d’entraĂźnement, ce qui nous pousse Ă  toujours vouloir en faire plus. Toutefois, en surentraĂźnement, notre corps est fatiguĂ©, ce pour quoi nous ressentons une baisse dans nos capacitĂ©s physiques, voire mĂȘme notre motivation. En continuant d’en demander Ă  notre corps, lorsqu’il nous donne des signes d’épuisement, nous risquons de nous blesser, de faire un burn out et de ralentir notre progression Ă  long terme.

Prévenir, au lieu de guérir

Un premier truc pour prĂ©venir le surentraĂźnement est de savoir reconnaĂźtre les symptĂŽmes de celui-ci. Prenez le temps d’observer vos indices physiques, mais aussi les autres sphĂšres de votre vie et faites attention Ă  ceci : manque de motivation, fatigue gĂ©nĂ©rale et continue, changements dans votre appĂ©tit, humeur, sommeil ou concentration, irritabilitĂ©, anxiĂ©tĂ© ou dĂ©pression, tensions musculaires qui ne diminuent pas avec le temps, baisse importante des performances sportives, etc. Voici une source intĂ©ressante Ă  ce sujet : Overtraining syndrome, A practical guide (Sports Health, 2012)

Si vous sentez une fatigue importante au niveau musculaire, pensez à varier votre entraßnement. Comme le bloc est particuliÚrement demandant pour le haut du corps et les doigts et que ce sont ces parties que nous entraßnons le plus, considérez prendre du temps pour vous concentrer sur autre chose, comme la dalle, le core et les abdominaux, ou votre jeu de pieds!

Vous pouvez Ă©galement ajouter une semaine de repos aprĂšs chaque cycle d’entraĂźnement (4 Ă  8 semaines), qui vous permettra de rĂ©cupĂ©rer et mieux vous adapter au cycle suivant. Si une semaine de repos complet vous semble de trop, considĂ©rez faire un repos actif, oĂč vous continuez certaines activitĂ©s, en diminuant grandement le volume de celles-ci.

Une autre façon de prĂ©venir le surentraĂźnement est de garder un Ɠil sur la vue d’ensemble. MĂȘme si c’est difficile de laisser de cĂŽtĂ© un bloc ou de couper une sĂ©ance d’entraĂźnement, il faut se rappeler qu’une blessure aura toujours plus d’impact nĂ©gatif Ă  long terme qu’un jour de repos additionnel. Laisser Ă  son corps le temps de s’adapter permet d’avoir les gains que l’on veut, plus tard. Malheureusement, faire patiemment confiance en ce processus vient souvent avec l’expĂ©rience
 et avec les leçons, qui naissent parfois d’erreurs importantes.

Finalement, la rĂ©cupĂ©ration est la clĂ© pour Ă©viter de surentraĂźner et mĂȘme de se blesser. Tous les grimpeurs et grimpeuses devraient accorder autant d’importance Ă  la rĂ©cupĂ©ration qu’à l’entraĂźnement. Ma rĂšgle de base personnelle est de ne jamais se permettre d’augmenter sa charge d’entraĂźnement, s’il faut couper dans sa routine de rĂ©cupĂ©ration. Une plus petite charge d’entraĂźnement accompagnĂ©e d’une bonne rĂ©cupĂ©ration sera plus efficace que de prendre une charge importante, sans rĂ©cupĂ©rer.

La routine de rĂ©cupĂ©ration peut varier selon vos besoins et vos habitudes. Personnellement, avant d’ajouter une sĂ©ance d’escalade ou d’entraĂźnement Ă  mon horaire, je m’assure de pouvoir rĂ©guliĂšrement relĂącher mes points de tensions musculaires, m’étirer aprĂšs l’effort physique, de boire assez d’eau (environ 3 litres par jour), dormir au moins 8h et surveiller mon niveau de stress quotidien. De plus, j’observe frĂ©quemment comment je me sens sur le mur : si je suis tendue, que mon « flow » diminue et que je perds en souplesse, je prends plus de temps pour m’étirer et rĂ©cupĂ©rer, en plus de rĂ©duire un peu ma charge d’entraĂźnement.

Pourquoi sommes-nous Ă  risque?

Le corps humain est complexe et notre adaptation Ă  l’entraĂźnement dĂ©pend de plusieurs facteurs. C’est donc difficile de comprendre les raisons pour lesquelles nous rĂ©agissons d’une certaine façon Ă  la charge de travail que nous nous imposons. Pour certains types d’exercices, il est normal de sentir une grosse fatigue et de sous-performer, alors que pour d’autres, comme les cycles de force par exemple, nous devons nous sentir Ă  100% avant nos sĂ©ances. Ainsi, c’est important de bien saisir ce que notre entraĂźnement nous apporte et comment il nous affecte.

Le concept du « No pain, No gain » en est un qui peut Ă©galement nous pousser Ă  surentraĂźner. Nous avons tendance Ă  croire que pour avoir un plus grand niveau en escalade, il faut automatiquement se donner plus, alors que ce n’est pas toujours le cas. Parfois, c’est plutĂŽt le contraire et il faut mieux rĂ©cupĂ©rer. D’autres fois, c’est un manque de technique qui nous retient. Dans tous les cas, si vous avez mal, ne poussez pas, prenez du repos et Ă©valuer la situation avec un-e professionnel-le.

En escalade, nous sommes en gĂ©nĂ©ral trĂšs motivĂ©-e-s Ă  nous pousser pour nous amĂ©liorer. Quand nos objectifs sont trĂšs importants pour nous, c’est normal d’ĂȘtre tentĂ©-e d’ignorer certains signes de fatigue, de s’acharner un peu trop sur un mouvement qui nous donne du fil Ă  retordre ou de ressentir de l’impatience et vouloir accĂ©lĂ©rer le processus. C’est particuliĂšrement difficile de naviguer tout cela, sans support et sans la rĂ©troaction d’une personne qui vous connaĂźt bien et qui sait quoi observer pour vous diriger de maniĂšre objective.

Pour mieux vous orienter Ă  travers votre entraĂźnement et vous aider Ă  Ă©viter le surentraĂźnement et les blessures, contactez un-e de nos coachs! Ils et elles pourront rĂ©pondre Ă  vos questions lors d’un coaching privĂ© ou vous bĂątir un plan d’entraĂźnement personnalisĂ© sur notre application Bloc Shop Fit.

Catégories
Non classifié(e)

RECAP : L’ESCALADE AUX JEUX OLYMPIQUES

Vous avez manquĂ© les dĂ©buts de l’escalade aux Jeux olympiques? Pas de problĂšme. Performances surprenantes, dĂ©ceptions, blessures et les toutes premiĂšres mĂ©dailles olympiques en escalade sont au menu. Voici un rĂ©capitulatif des Ă©vĂ©nements qui se sont tenus sur quatre jours chargĂ©s en Ă©motions.

Le format annoncĂ© il y a maintenant quelque temps a Ă©tĂ© longuement dĂ©battu dans le monde de l’escalade. Le sport se voyant dĂ©cerner qu’une seule mĂ©daille par genre, l’IFSC a pris la dĂ©cision de crĂ©er le format combinĂ©, dans lequel tous les athlĂštes doivent participer dans les trois disciplines, soit la vitesse, le bloc et la difficultĂ© (voie). Si ce format permet de ne laisser de cĂŽtĂ© aucune spĂ©cialitĂ©, il empĂȘche Ă©galement de voir les meilleur(e)s de chaque discipline ĂȘtre mĂ©daillĂ©(e), se basant plutĂŽt sur un systĂšme de points qui multiplie les trois positions de chaque athlĂšte pour chaque discipline. L’athlĂšte avec le score final le moins Ă©levĂ© gagne.

Qualifications – Hommes

Vitesse

Bassa Mawem livre une performance spectaculaire lors de la premiĂšre Ă©preuve, avec un temps de 5.45 secondes qui lui permet de gagner la premiĂšre place. Il est suivi de Tomoa Narasaki avec 5.94 secondes et de MickaĂ«l Mawem avec 5.95 secondes. L’athlĂšte canadien, Sean McColl enregistre Ă©galement un bon temps, avec 6.93 secondes, qui lui permet de battre son record personnel.

Bloc

Les qualifications se poursuivent avec l’épreuve de bloc. Avec trois blocs sur quatre complĂ©tĂ©s, dont deux du premier essai, MickaĂ«l Mawem en surprend plusieurs et remporte l’épreuve, ce qui le place en bonne position pour faire la finale. Tomoa Narasaki s’empare encore une fois de la deuxiĂšme place et c’est Adam Ondra qui prend la troisiĂšme.

Voie

Pour la derniĂšre Ă©preuve, les athlĂštes doivent tenter de se rendre le plus loin possible sur une voie, du premier essai, et ce malgrĂ© l’humiditĂ© et la chaleur de Tokyo. MĂȘme si personne ne rĂ©ussit Ă  terminer la voie, Jakob Schubert et Colin Duffy se rendent tous les deux au mĂȘme point et c’est le temps pour s’y rendre qui sĂ©pare leurs positions. Jakob Schubert remporte l’épreuve, suivi de Colin Duffy pour la deuxiĂšme place et Alberto Gines Lopez pour la troisiĂšme.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jakob Schubert (@jakob.schubert)

Une des grandes dĂ©ceptions des qualifications est la blessure de Bassa Mawem, qui a souffert d’une rupture complĂšte du tendon infĂ©rieur du biceps gauche. Ses impressionnantes performances lui avaient permis de participer Ă  la finale, aux cĂŽtĂ©s de son frĂšre MickaĂ«l Mawem, mais il a malheureusement dĂ» la manquer Ă  cause de cet incident.

MalgrĂ© un bon temps en vitesse et une 8e place en voie, le Canadien Sean McColl termine 17e aprĂšs une ronde de bloc difficile et n’avance malheureusement pas en finale.

Huit personnes se qualifient pour la finale aprĂšs ces trois Ă©preuves :

  1. Mickaël Mawem (FRA)

  2. Tomoa Narasaki (JPN)

  3. Colin Duffy (USA)

  4. Jakob Schubert (AUT)

  5. Adam Ondra (CZE)

  6. Alberto Gines Lopez (ESP)

  7. Bassa Mawem (FRA)

  8. Nathaniel Coleman (USA)

Finale – Hommes

Vitesse

La finale dĂ©bute avec la vitesse qui oppose les grimpeurs en pairs, selon leur classement en qualification. La blessure de Bassa Mawem permet Ă  Adam Ondra de remporter automatiquement sa premiĂšre ronde et le place contre Alberto Gines Lopez pour la deuxiĂšme ronde. C’est celui-ci qui remporte l’épreuve de vitesse, suivi de Tomoa Narasaki, ainsi que MickaĂ«l Mawem. Ces deux derniers ayant livrĂ© d’excellentes performances jusqu’à prĂ©sent semblent sur la bonne voie pour obtenir l’or, mais rien n’est garanti jusqu’à la toute fin.

Bloc

L’épreuve finale de bloc en laisse plusieurs perplexes. Le premier bloc, qui dĂ©bute avec une dalle prĂ©caire et termine sur un mouvement plus dynamique et risquĂ©, est rĂ©ussi par tous les grimpeurs en un ou deux essais, sauf pour Alberto Gines Lopez, qui obtient tout de mĂȘme la zone. Le deuxiĂšme bloc, toutefois, ne voit qu’un seul top. C’est Nathaniel Coleman qui rĂ©ussit l’énorme saut de dĂ©part, en plus du mouvement plus technique de coordination pour terminer le bloc. Ce rĂ©sultat implique que si l’amĂ©ricain complĂšte le dernier bloc ou obtient le mĂȘme score que les autres sur celui-ci, il gagne automatiquement l’épreuve.

Comme dernier bloc, les athlĂštes sont mis au dĂ©fi avec des petites prises fuyantes sur une sĂ©rie de volumes placĂ©s en cercle. Alors qu’aucun athlĂšte ne rĂ©ussit Ă  le complĂ©ter, plusieurs se questionnent sur la sĂ©quence voulue par les ouvreur(e)s. Ultimement, comme le premier et le dernier bloc n’offraient peu de sĂ©paration, le classement de bloc Ă©tait alors largement basĂ© sur le dernier mouvement du deuxiĂšme bloc. La deuxiĂšme place pour cette Ă©preuve va Ă  MickaĂ«l Mawem et la troisiĂšme place va Ă  Tomoa Narasaki.

Voie

Finalement, les mĂ©daillĂ©s sont dĂ©cidĂ©s suite Ă  la derniĂšre Ă©preuve, soit la voie. Une section parsemĂ©e de minuscule « crimps » en fait tomber plusieurs. Adam Ondra, qui se spĂ©cialise Ă©galement en voie, s’empare du point le plus haut jusqu’à date avec 42+, mais tombe sur la derniĂšre section de la voie, qui semble demander beaucoup de tension et de prĂ©cision. Alberto Gines Lopez ne tombe que quelques prises plus basses, ce qui lui donne un score de 38+. Le dernier grimpeur qui clore la finale des hommes est Jakob Schubert. Les enjeux sont Ă©levĂ©s. Si Schubert rĂ©ussit la voie, il gagne un podium, mais s’il tombe avant le point oĂč Adam Ondra est tombĂ©, c’est ce dernier qui aura une mĂ©daille.

Jakob Schubert livre une performance parfaite et il est le seul Ă  se rendre Ă  l’ancrage. Toujours attachĂ© Ă  sa corde, il apprend la grande nouvelle, la certitude qu’il obtiendra la premiĂšre mĂ©daille de bronze des JO en escalade et cĂ©lĂšbre sans retenue. Avec son rĂ©sultat important en bloc, c’est Nathaniel Coleman qui remporte la mĂ©daille d’argent et peine Ă  croire ce qui lui arrive.

Le premier gagnant des Jeux olympiques en escalade est donc Alberto Gines Lopez, d’Espagne. AprĂšs une blessure au genou quelque temps avant l’évĂ©nement, le jeune de 18 ans rĂ©alise son rĂȘve et semble bouche bĂ©e face Ă  cette rĂ©ussite. Sur sa page Instagram, il partage sa photo de premier mĂ©daillĂ©, avec la description « WE DID IT » (Nous y sommes arrivĂ©s).

Premier podium olympique pour les hommes :

  1. Alberto Gines Lopez (ESP)

  2. Nathaniel Coleman (USA)

  3. Jakob Schubert (AUT)

Qualifications – Femmes

Vitesse

Les qualifications des femmes commencent en grand avec l’épreuve de vitesse. La Canadienne Alannah Yip rĂ©ussit Ă  battre son record personnel, ainsi que le record canadien de vitesse avec un temps de 7.99 secondes. Elle cĂ©lĂšbre avec un Ă©norme sourire, sachant que cette performance la place dans une bonne position pour la suite. Aleksandra Miroslaw livre une excellente performance avec un temps de 6.97 secondes, un centiĂšme de seconde de plus que le record du monde pour les femmes, Ă©tabli par la Russe Luliia Kaplina. Celle-ci, qui se spĂ©cialise en vitesse, place un premier temps de 7.65 secondes, plus Ă©levĂ© qu’à son habitude et, malgrĂ© un dĂ©part trĂšs prometteur, elle glisse avant la fin de sa deuxiĂšme ronde, ce qui ne lui laisse que son premier temps comme score. Elle fond en larme dĂšs l’atterrissage au sol, consciente des consĂ©quences de ce rĂ©sultat plus bas qu’espĂ©rĂ©.

C’est donc Aleksandra Miroslaw qui remporte l’évĂ©nement, suivi d’Anouck Jaubert (7.12 secondes) et Yiling Song (7.46 secondes).

Bloc

L’épreuve de bloc dĂ©bute avec un mouvement dynamique de coordination sur une dalle. MalgrĂ© l’équilibre requis pour le complĂ©tĂ©, c’est celui le plus rĂ©ussit des quatre blocs. Janja Garnbret, une des grimpeuses les plus dominantes dans le monde de la compĂ©tition actuellement, exĂ©cute une ronde parfaite avec quatre blocs rĂ©ussis du premier essai. La jeune Brooke Raboutu la suit de prĂšs avec une deuxiĂšme place, complĂ©tant trois blocs. La troisiĂšme place va Ă  Akiyo Noguchi, une des grimpeuses les plus expĂ©rimentĂ©es du groupe.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Brooke Raboutou (@brookeclimbs)

Voie

Les qualifications se terminent avec une voie physique et engageante. C’est la CorĂ©enne Chaehyun Seo qui remporte l’épreuve, suivie de Jessica Pilz et Miho Nonaka. Laura Rogora, une spĂ©cialiste de la voie, se classe seulement 10e pour l’évĂ©nement, visiblement tendue lors de son essai. AffectĂ©e par la pression, elle ne rĂ©ussit pas Ă  livrer une performance Ă  la hauteur de ses attentes et, aprĂšs un rĂ©sultat trĂšs bas en vitesse, elle ne se qualifie pas pour la finale.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Laura (@laura.rogora)

La Canadienne Alannah Yip termine avec un score de 21+, ce qui indique qu’elle a tenu 21 prises, en plus d’avoir fait le mouvement vers la 22e, sans l’atteindre. Son rĂ©sultat la place en 12e pour l’épreuve et en 14e place pour les qualifications. Elle ne passe malheureusement pas en finale, mais semble satisfaite de sa premiĂšre expĂ©rience aux Jeux olympiques.

Huit personnes se qualifient pour la finale :

  1. Janja Garnbret (SLO)

  2. Chaehyun Seo (KOR)

  3. Miho Nonaka (JPN)

  4. Akiyo Noguchi (JPN)

  5. Brooke Raboutou (USA)

  6. Jessica Pilz (AUT)

  7. Aleksandra Miroslaw (POL)

  8. Anouck Jaubert (FRA)

Finale – Femmes

Vitesse

La spécialiste en vitesse Aleksandra Miroslaw domine la premiÚre épreuve de la finale et lors de sa derniÚre course contre Anouck Jaubert, elle réussit à battre le record mondial avec un temps de 6.84 secondes sur la voie de 15 mÚtres. Miho Nonaka enregistre également des temps impressionnants et elle termine en 3e position. Anouck Jaubert, qui se spécialise en vitesse, réussit à prendre la 2e place.

Bloc

L’épreuve de bloc s’avĂšre trĂšs difficile. Les athlĂštes ont seulement trois blocs pour se faire valoir et le troisiĂšme, prĂ©sentant des mouvements dynamiques et physiques, ne voit aucun top. MĂȘme Janja Garnbret, aprĂšs une chute inconfortable, ne rĂ©ussit pas Ă  le terminer. Celle-ci dĂ©montre toutefois sa dominance pour les deux premiers blocs. Elle est la seule des huit athlĂštes Ă  les complĂ©ter et elle les rĂ©ussit en trĂšs peu d’essais.

Brooke Raboutou tente de suivre et devancer sa compĂ©titrice, mais un glissement de pied tout juste avant de dĂ©poser sa deuxiĂšme main sur la prise finale du premier bloc l’empĂȘche de prendre la premiĂšre place. C’est Janja Garnbret qui remporte l’épreuve, suivie de Brooke Raboutou, ainsi que Miho Nonaka, qui obtient deux zones.

Voie

La finale se conclut sur le mur de voie, oĂč les athlĂštes livrent toutes un combat impressionnant. Jessica Pilz, une spĂ©cialiste de cette discipline, obtient un score de 34+, lui permettant de prendre la troisiĂšme place pour cette Ă©preuve. Brooke Raboutou dĂ©bute son essai, souriante et visiblement remise de ses dĂ©ceptions face Ă  la ronde exigeante de bloc. MalgrĂ© l’énergie restant, elle glisse en allant dans une prise bidoigt, demandant la prĂ©cision pour ĂȘtre attrapĂ©e et tombe plus bas que prĂ©vu. Elle se prend immĂ©diatement la tĂȘte, sachant que cette erreur lui coĂ»tera.

Miho Nonaka fait une erreur au mĂȘme endroit, utilisant un talon trĂšs Ă©levĂ© au lieu de garder ses pieds bas. Cette technique ne fonctionne pas et elle tombe, obtenant un score de 21 la mettant en 5e place.

C’est Janja Garnbret qui remporte l’épreuve, avec un score de 37+ et elle gagne du mĂȘme coup sa premiĂšre mĂ©daille d’or olympique, un rĂ©sultat attendu de bien des gens. Elle fond en larme dans les bras de son coach, Raioman Krajnik, et publie plus tard sur sa page Instagram une photo d’elle mĂ©daillĂ©e avec comme description « Unfinished business
FINISHED » (Affaire inachevĂ©e
TERMINÉE). Les deux Japonaises Miho Nonaka et Akiyo Noguchi remporte les mĂ©dailles d’argent et de bronze respectivement.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by JANJA GARNBRET (@janja_garnbret)

Premier podium olympique pour les femmes :

  1. Janja Garnbret (SLO)

  2. Miho Nonaka (JPN)

  3. Akiyo Noguchi (JPN)

Catégories
Non classifié(e)

Bloc Shop FIT

Bloc Shop Fit : Nouvelle application de fitness et coaching

Pourquoi se faire coacher en escalade? Pour la majoritĂ© des sports, faire ses dĂ©buts avec un encadrement adĂ©quat est un « no brainer ». En escalade, toutefois, on s’y prend gĂ©nĂ©ralement par nous-mĂȘmes, en tirant des leçons de nos erreurs, nos inĂ©vitables plateaux et parfois mĂȘme nos blessures, au fur et Ă  mesure que l’on tente de progresser.

Parmi les avantages du coaching en escalade, nos entraßneurs et entraßneuses peuvent répondre à quatre grandes questions : quoi faire, quand, pourquoi et comment.

Quoi faire : Le coaching en escalade permet de savoir quels exercices seront applicables sur le mur et rĂ©pondront Ă  vos besoins. Ces exercices sont structurĂ©s dans un plan qui fonctionne de maniĂšre Ă  maximiser chaque phase d’entraĂźnement, pour des rĂ©sultats optimisĂ©s. Nos coachs visent Ă©galement Ă  produire une progression calculĂ©e et constante, sachant que les voies rapides au succĂšs ne sont gĂ©nĂ©ralement pas rĂ©alistes Ă  long terme.

Quand : Comme chaque personne choisit un objectif prĂ©cis et se trouve Ă  un niveau diffĂ©rent de son dĂ©veloppement, l’entraĂźnement en escalade ne peut ĂȘtre applicable Ă  tous et toutes Ă©galement. Le coaching sert Ă  adapter l’entraĂźnement au contexte de chaque personne, en tenant compte de ses capacitĂ©s, ses contraintes, ses forces et faiblesses. De cette maniĂšre, nos coachs s’assurent de mettre la prĂ©vention des blessures de l’avant.

Pourquoi : Est-ce un manque de force qui vous freine ou une mauvaise gestuelle? Est-ce que ce sont vos doigts qui lĂąchent ou vos biceps? Combien de temps avant un voyage d’entraĂźnement faut-il commencer Ă  s’entraĂźner et quand faut-il arrĂȘter? Le coaching offre une rĂ©troaction d’une personne qui sait quoi observer pour vous diriger de maniĂšre objective et logique. Si votre objectif est fixĂ© dans le temps, nos entraĂźneurs et entraĂźneuses bĂątiront votre programme vous permettant d’ĂȘtre Ă  votre meilleur au bon moment.

Comment : Une mauvaise forme lors d’un exercice peut rapidement mener Ă  une blessure et un plan trop chargĂ© ou mal construit, au surentraĂźnement ou aux efforts gaspillĂ©s. Nos coachs sont aussi lĂ  pour s’assurer que votre programme d’entraĂźnement vous permette de bien rĂ©cupĂ©rer et d’accĂ©der aux gains pour lesquels vous travaillez. Ils et elles ajusteront le nombre de rĂ©pĂ©titions, en fonction de vos objectifs.

Un coach dans votre poche

Bloc Shop Fit est une application qui vous permettra de suivre et d’organiser plus facilement des entraĂźnements qui vous seront donnĂ©s par votre coach en escalade. Selon vos besoins, vous pouvez opter pour un plan de fitness gĂ©nĂ©ral ou un plan personnalisĂ©, avec suivis rĂ©guliers de votre coach. Avec Bloc Shop Fit, nous souhaitons vous offrir les moyens de dĂ©velopper un style de vie et un niveau de fitness ou d’escalade qui correspond Ă  vos objectifs, peu importe les contraintes qui auraient pu vous limiter dans le passĂ©.

DĂ©sormais, chaque abonnement EFT au Bloc Shop viendra avec l’opportunitĂ© de joindre gratuitement notre communautĂ© sur Bloc Shop Fit pour 2 semaines. Voici quelques exemples de ce que vous trouverez sur l’application :

1. Une réponse à vos besoins, peu importe vos contraintes

Que vous cherchiez Ă  grimper plus fort, mieux gĂ©rer votre santĂ©, faire votre premier pull up, sender un projet dehors ou amĂ©liorer vos habitudes de vie, nous avons une solution pour vous. Nos coachs sont motivĂ©-e-s et prĂȘt-e-s Ă  trouver une rĂ©ponse Ă  vos besoins. Nos programmes d’entraĂźnement sont crĂ©Ă©s pour s’adapter aux contraintes de chaque personne, pour qu’aucun obstacle ne vous empĂȘche d’atteindre vos buts.

2. Une communauté motivée

Plusieurs groupes sont disponibles dans l’application, afin de rassembler les grimpeurs et grimpeuses qui partagent la mĂȘme passion. Dans ces groupes, vous pourrez partager vos accomplissements, faire des challenges Ă  plusieurs et recevoir des informations additionnelles en lien avec votre entraĂźnement.

3. Une organisation simple et facile de vos entraĂźnements

Votre programme d’entraĂźnement vous donnera un certain nombre de sĂ©ances Ă  faire par semaine, que vous pourrez organiser facilement selon votre horaire personnel. Chaque jour, vous pourrez voir les exercices Ă  faire, les suivre directement via l’application, puis noter la difficultĂ© et laisser un commentaire pour votre coach, au besoin.

Vous recevrez rĂ©guliĂšrement du contenu pour vous motiver, vous aider Ă  adopter des habitudes saines et vous guider Ă  travers votre parcours d’entraĂźnement. Pour certains programmes, une messagerie dans l’application vous permettra de contacter directement votre coach. Vous pourrez toujours poser vos questions Ă  coaching@blocshop.com Ă©galement.

4. Des tests physiques et des challenges

Afin de cibler spécifiquement les aspects que vous devriez travailler, des tests physiques vous sont offerts pour diriger votre programme dans la bonne direction. Selon les résultats de vos tests, il sera plus évident pour votre coach et pour vous de cibler vos forces et vos faiblesses, ainsi que les aptitudes à obtenir pour atteindre vos buts.

Des challenges seront Ă©galement offerts sur l’application. Ceux-ci pourront servir Ă  vous tester au cours de votre entraĂźnement. Certains challenges seront crĂ©Ă©s pour un groupe complet, vous permettant de partager vos rĂ©sultats avec d’autres ou de mettre au dĂ©fi les membres de votre groupe. Ces challenges servent Ă©galement Ă  avoir une meilleure idĂ©e de votre progression et pourront vous diriger vers des programmes de fitness plus avancĂ©s, au fil du temps.

Follow-along trainings XXProgress, Graphs and Goals XX

Services FIT 1 and 2 FIT+
16$/month 100$/month
Plan d’entraĂźnement gĂ©nĂ©ral X
Plan d’entraĂźnement personnalisĂ© X
Challenges fitness X X
Groupes de communication/motivation X X
15% off sur le coaching privé X
AccĂšs aux entraĂźneurs via la messagerie X
Communication hebdomadaire avec votre entraĂźneur X

Pour se procurer un programme d’entraĂźnement ou une sĂ©ance de coaching, c’est par ici!
Des questions? Écrivez-nous à coaching@blocshop.com

L’étĂ© est officiellement arrivĂ© et, pour plusieurs, cela implique d’avoir enfin du temps pour se remettre Ă  la lecture. Une variĂ©tĂ© de livres reliĂ©s Ă  l’escalade sont offerts Ă  la boutique, que ce soit des livres sur l’entraĂźnement ou la nutrition, des biographies de grimpeurs et grimpeuses d’exception ou des topos (livre-guide) pour la grimpe extĂ©rieure.

En vacances, toutefois, les meilleurs livres sont ceux qui nous font rĂȘver, qui nous inspirent et nous font voir les choses diffĂ©remment. Je vous propose donc une liste de livres d’escalade pour cet Ă©tĂ© qui ont le potentiel de changer complĂštement votre vision de vous-mĂȘme et de ce sport.

The Rock Warrior’s Way – Arno Ilgner (FR/EN)

Le livre qui a eu le plus grand impact sur mon escalade est sans aucun doute The Rock Warrior’s Way. Quand j’ai commencĂ© l’escalade, les gens autour de moi grimpaient surtout Ă  l’extĂ©rieur, plus particuliĂšrement en trad. Avec peu de bagages sportifs, je manquais de confiance, j’avais extrĂȘmement peur et ces difficultĂ©s teintaient nĂ©gativement mon expĂ©rience. Au final, j’avais trĂšs peu de plaisir.

J’ai dĂ©couvert The Rock Warrior’s Way (La Voie des Guerriers du Rocher) alors que j’essayais dĂ©sespĂ©rĂ©ment d’adopter la base de l’escalade traditionnelle, lors de mon premier voyage Ă  Squamish. Je me souviens avoir lu le livre d’une traite, submergĂ©e par les leçons rĂ©vĂ©latrices et directement applicables d’Arno Ilgner. Bien que mon niveau en escalade ait aussi augmentĂ©, ce sont les changements qui se sont opĂ©rĂ©s dans ma tĂȘte, dans mon approche et dans mon attitude, qui m’ont marquĂ©e de cette lecture.

DĂ©coupĂ© en sept sections, The Rock Warrior’s Way offre un programme d’entraĂźnement mental qui brise les piĂšges auto limitants que l’on s’impose souvent inconsciemment en escalade. Arno Ilgner adresse brillamment plusieurs thĂšmes tels que l’orgueil, la prise de risque, la confiance et la relation que nous avons avec l’échec, tout en offrant les outils qui permettent de concrĂ©tiser cette croissance personnelle. Ce qui est encore plus parfait, c’est que ces leçons sont tout aussi pertinentes pour les autres sphĂšres de nos vies.

Si vous en voulez plus, le mĂȘme auteur a Ă©galement publiĂ© Espresso Lessons, un livre qui met en pratique les thĂ©ories abordĂ©es dans The Rock Warrior’s Way.

Le Choix du Vide – Steph Davis (FR)

Grimpeuse depuis les annĂ©es 1990, Steph Davis est un symbole de dĂ©vouement Ă  l’escalade et une des rares femmes, Ă  cette Ă©poque, qui a fait le choix de vivre d’aventures et de plein air.
Pratiquant plusieurs formes d’escalade, elle collectionne les premiĂšres ascensions fĂ©minines de plusieurs voies les plus difficiles au monde. En 2005, elle est devenue la premiĂšre femme Ă  grimper le SalathĂ© Wall, situĂ© sur El Capitan au parc national de Yosemite, en Californie. CotĂ©e 5.13b/c sur 35 longueurs, ce n’est qu’un des nombreux accomplissements qui font d’elle une pionniĂšre dans l’histoire du sport.

Si sa carriĂšre de grimpeuse professionnelle rĂ©ussie, ses ascensions importantes en alpinisme et son expĂ©rience en Base Jumping sont Ă©patantes, c’est sa rĂ©silience et sa vision de la vie qui rendent Steph Davis si inspirante. Depuis toujours, elle fait les sacrifices nĂ©cessaires pour faire de l’escalade sa prioritĂ© et vous inspirera Ă  remettre en question la place que vous donnez Ă  la libertĂ© et la passion dans votre propre vie.

Dans son livre Le Choix du Vide, on peut sentir son amour intense pour le sport et la dĂ©termination qui la poussera Ă  gravir des sommets encore jamais atteints par une femme, comme celui du mont Fitz Roy, en Patagonie. Sa biographie insuffle le courage d’une grimpeuse qui est aussi une des plus expĂ©rimentĂ©e en Free Solo (escalade sans aucun matĂ©riel de protection) et qui a passĂ© Ă  travers un lot important de difficultĂ©s et de deuils.

Si vous souhaitez en savoir plus sur elle avant de lire sa biographie, voici une vidéo qui vous intéressera :

Revelations – Jerry Moffatt (EN)

Si l’histoire des premiùres figures importantes en escalade vous captive, cette biographie est pour vous.

Suivant la vie du grimpeur haut en couleur Jerry Moffatt, son livre Revelations raconte les nombreuses ascensions qui ont fait de lui une lĂ©gende dans ce sport et donne un aperçu des mĂ©thodes d’entraĂźnement pour l’escalade conçues dans les annĂ©es 1980 et 1990. Avec des mentors comme John Bachar et Wolfgang GĂŒllich Ă  ses cĂŽtĂ©s, Jerry Moffat est rapidement devenu un des meilleurs, Ă  un jeune Ăąge.

Au fil des annĂ©es, il accumule des ascensions impressionnantes et Ă©tablit plusieurs nouvelles cotes. Suite Ă  une blessure de surutilisation le forçant Ă  subir une opĂ©ration, Moffatt se tourne vers le monde de la compĂ©tition, qui voit ses premiers jours dans l’escalade. En 1989, il gagne la toute premiĂšre coupe du monde de Leeds.

Jerry Moffatt a Ă©galement publiĂ© Mastermind, un livre qui vise Ă  amĂ©liorer son mental pour l’escalade. On peut y lire plusieurs tĂ©moignages et conseils des meilleur(e)s athlĂštes.

The Hard Truth – Kris Hampton (EN)

Le titre de ce livre dit tout. The Hard Truth vous prĂ©sente les erreurs les plus communes, qui freinent votre progression en escalade, mĂȘme si la vĂ©ritĂ© n’est pas toujours ce que l’on veut entendre. Dans son court livre, Kris Hampton rĂ©pond essentiellement Ă  la question que nous avons tous et toutes dĂ©jĂ  entendu (et parfois mĂȘme que l’on s’est dĂ©jĂ  posĂ©) : Que dois-je faire pour m’amĂ©liorer plus rapidement en escalade?

Une de mes leçons prĂ©fĂ©rĂ©es de ce livre est l’analogie de « ne pas Ă©craser la banane », en parlant d’engagement. L’auteur raconte qu’une personne qui tente de « snap » une banane en deux ne pourra le faire que si elle s’engage Ă  100%, sans quoi elle l’écrasera. Cette analogie m’est restĂ©e en tĂȘte et je l’utilise pour remarquer et modifier l’instant juste avant de faire un mouvement oĂč un doute pourrait parfois s’installer, sans que je le veuille. C’est ce travail sur soi, par rapport Ă  diverses mauvaises habitudes, qu’offre la lecture du livre The Hard Truth.

Si vous cherchez Ă  devenir la « brute » d’escalade que vous admirez ou l’athlĂšte qui semble avoir tout compris et tout en ordre, ce livre est pour vous. L’approche de Kris Hampton permet de mieux comprendre ses motivations et de faire face Ă  la rĂ©alitĂ© quant Ă  la pertinence, l’efficacitĂ© et l’effort mis dans son entraĂźnement. De plus, l’auteur explique clairement des maniĂšres simples de changer. Si vous le voulez assez pour faire le travail nĂ©cessaire, ce livre a le potentiel d’amĂ©liorer grandement votre escalade.

Some Stories : Lessons from the Edge of Business and Sport – Yvon Chouinard (EN)

Attention! Votre liste de destinations voyage pourrait ĂȘtre allongĂ©e par cette lecture 😉

Rempli de courtes anecdotes et de leçons de vie et parsemĂ© de magnifiques photos, ce livre d’Yvon Chouinard en est un dans lequel on veut replonger plusieurs fois au fil du temps. Une lĂ©gende dans le monde du plein air et le fondateur de la compagnie Ă  succĂšs Patagonia, Yvon Chouinard privilĂ©gie le titre de conteur, plutĂŽt qu’écrivain pour se qualifier. C’est cet art de raconter que l’on voit Ă  travers son livre.

Parfait pour une lecture d’étĂ© qui fait rĂȘver et typique d’un « coffee table book », Some Stories donne l’impression de s’entretenir en tĂȘte Ă  tĂȘte avec l’auteur. Passant de l’escalade Ă  l’entrepreneuriat et du surf Ă  la pĂȘche Ă  la mouche, vous aurez droit Ă  une collection d’histoires, d’articles et de rĂ©flexions d’un homme ayant portĂ© plusieurs chapeaux au cours de sa vie. On peut y lire des rĂ©cits d’aventures personnelles, mais aussi des leçons quant Ă  sa carriĂšre et aux diffĂ©rents sports qu’il pratique. Comme toujours, Yvon Chouinard met de l’avant son amour et surtout son respect pour la nature, avec sagesse.

C’est un livre Ă  savourer tranquillement, mais sans modĂ©ration!

 

C’est inĂ©vitable: quand on y pense, aprĂšs plusieurs annĂ©es d’expĂ©rience en escalade, il y a certainement un conseil ou deux que l’on aurait aimĂ© recevoir au tout dĂ©but. Que ce soit pour s’éviter une blessure, pour performer plus rapidement ou pour briser une barriĂšre physique ou mentale que l’on croyait tant indestructible, voici les meilleurs conseils de certains membres de l’équipe du Bloc Shop.

L’APPROCHE GÉNÉRALE

Évitez d’accorder trop d’importance aux cotes! C’est le conseil le plus rĂ©pĂ©tĂ© par l’équipe. Les cotes sont subjectives et il faut toujours garder en tĂȘte qu’un paquet de facteurs (parfois hors de notre contrĂŽle) peuvent affecter le fait de rĂ©ussir ou non une cote prĂ©cise. Ariane Sisavath, athlĂšte de la Team Pro, dit : « C’est juste un indicateur. Ça ne te dĂ©finit pas comme personne, la cote que tu arrives Ă  grimper ou pas. »

Brossez les prises. Pour soi et pour les autres! C’est ce que conseille VĂ©ronique Gosselin, aussi athlĂšte de la Team Pro. En plus, c’est la meilleure façon d’éviter de glisser de maniĂšre inattendue sur les volumes ou sur les prises.

Ayez du plaisir! C’est un aspect que l’on peut oublier, quand on se concentre trop sur la performance, mais aprùs tout, c’est la raison pourquoi on pratique ce sport. C’est ce que Zoey Bouchard, membre du staff, vous conseille le plus.

Ne soyez pas gĂȘnĂ© de grimper devant les autres. C’est ce que Mich, un des partenaires, vous conseillerait. « J’ai l’impression que ce qui arrĂȘte les gens c’est un peu la peur, ou la gĂȘne. Pis ce que j’aimerais leur dire [c’est que] les gens ne te regardent pas. Pis surtout, ils ne te jugent pas. »

L’ASPECT TECHNIQUE

Essayez les blocs plus durs. On le voit souvent : un grimpeur de V5, par exemple, qui n’ose absolument pas tester une V7, car c’est trop dur pour lui. Selon Seb Lazure, c’est en essayant des blocs plus durs que l’on peut apprendre des nouveaux mouvements et ça aide à progresser.

Pratiquez vos points faibles. C’est tentant de s’accrocher Ă  son style prĂ©fĂ©rĂ© et de ne faire que ce dans quoi nous sommes les meilleurs. Maude-Émilie vous propose de prendre le temps de pratiquer vos points faibles, mĂȘme si ça implique de rĂ©ussir moins de blocs pendant une sĂ©ance. C’est aussi le conseil de notre coach MĂ©lissa Lacasse, qui dit qu’à long terme, ça fait des meilleurs grimpeurs.

N’hĂ©sitez pas Ă  poser des questions. L’équipe du Bloc Shop est composĂ©e Ă  100% de passionnĂ©s(e)s d’escalade. N’hĂ©sitez pas Ă  leur poser des questions, pour mieux comprendre un bloc ou pour vous expliquer quelque chose. Vous pouvez aussi vous tourner vers d’autres grimpeurs ou les observer grimper, pour mieux saisir la gestuelle. Un grimpeur curieux apprendra toujours plus rapidement!

Grimpez beaucoup! C’est ce que vous conseillerait Nathan Smith, membre de l’équipe Pro. Quand on commence l’escalade, c’est important de se bĂątir une bonne base. Voyez-le comme une pyramide. Plus vous rĂ©ussissez de blocs avant de passer Ă  un autre niveau, plus vous allez arriver au niveau supĂ©rieur avec une bonne base de connaissances et d’expĂ©riences. D’ailleurs, n’hĂ©sitez pas Ă  refaire des blocs dĂ©jĂ  rĂ©ussis auparavant. Vous pourrez toujours le grimper mieux et plus efficacement. À long terme, vous en ressortirez gagnants.

L’ASPECT MENTAL

Ne vous mettez pas de limites. Je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps, je pensais que certains blocs Ă©taient inatteignables pour moi. Aujourd’hui, je peux les rĂ©ussir du premier essai et ce sont des blocs plus difficiles qui semblent inatteignables. Ce que j’ai appris aprĂšs quelques annĂ©es d’entrainements c’est qu’avec de la persĂ©vĂ©rance et du travail disciplinĂ©, tout le monde peut progresser. Si vous faites confiance en votre cheminement et que vous valorisez le processus d’apprentissage, vous progresserez plus rapidement, tout en ayant plus de plaisir!

Ne comparez pas votre progression. Chaque parcours est diffĂ©rent et ce n’est pas tout le monde qui progresse de la mĂȘme façon. Un exemple frĂ©quent est celui de la morphologie. Une personne plus grande pourrait rĂ©ussir un bloc qu’une petite personne plus expĂ©rimentĂ©e ne rĂ©ussit pas, et vice versa. Évitez de vous comparer aux autres, c’est ce que vous conseille Anne-Fred.

PRÉVENTION DES BLESSURES

Apprenez Ă  gĂ©rer votre ego. « Je me suis blessĂ© plusieurs fois, dans mon inexpĂ©rience, en me fĂąchant et en refaisant trop de fois le mĂȘme mouvement ou le mĂȘme exercice », dit Antoine. C’est aussi ce que conseille Maude-Émilie : « Ne pas se fĂącher quand ça ne marche pas ». Trop de fois on laisse notre orgueil ou notre Ă©motion prendre le dessus. Parfois on est capable de faire un mouvement et le lendemain, on ne peut plus. Votre corps est peut-ĂȘtre fatiguĂ© et ça ne vaut pas la peine de se blesser.

Échauffez-vous! C’est aussi un conseil qui revient souvent au sein de l’équipe. Une recette qui fonctionne bien, c’est de s’activer au sol pendant 15 minutes et s’échauffer en faisant quelques exercices gĂ©nĂ©raux (pull ups, push ups, squats et biceps curls). Puis, grimpez graduellement des blocs, en prenant soin d’échauffer toutes les parties du corps. Avant d’embarquer dans un bloc avec des trĂšs petites prises, prenez le temps d’activer et d’échauffer vos doigts.

En cas de douleur, allez voir un spĂ©cialiste. Rares sont les grimpeurs qui n’ont jamais eu de douleurs ou de « petits bobos ». Avec la pratique rĂ©guliĂšre d’un sport, c’est normal d’ĂȘtre un peu courbaturĂ© ou d’avoir de faibles irritations lors d’un mouvement rĂ©pĂ©titif. L’erreur frĂ©quemment commise est d’ignorer les signes flagrants de blessures. Au lieu d’attendre et d’espĂ©rer que ça passe, allez voir un spĂ©cialiste, trouvez la source du problĂšme et prenez le temps de le rĂ©gler. « Ne brise pas ton corps, ça ne vaut pas la peine », vous dirait Victor. Nos thĂ©rapeutes Julien Descheneaux et Alex Trudeau seraient d’accord avec ça! Mais si ça arrive, n’hĂ©sitez pas Ă  les contacter pour vous faire rĂ©parer!